Augmentation de 5 millions de dollars canadiens pour l’exploration en Colombie-Britannique

Geoscience BC a félicité la semaine dernière le gouvernement provincial pour son engagement de 5 millions de dollars canadiens en nouveau financement pour soutenir les sciences de la terre minérales, hydriques et énergétiques en Colombie-Britannique. «Nous apprécions sincèrement le généreux soutien et la confiance que le gouvernement de la Colombie-Britannique a témoignés à Geoscience BC au fil des ans», a déclaré Robin Archdekin, président et chef de la direction de Geoscience BC. «Grâce à ce financement, Geoscience BC continuera de bâtir sur notre réputation en tant que source fiable de sciences de la Terre indépendantes de classe mondiale, soutenant le développement responsable des ressources qui profite à tous les Britanno-Colombiens.

«Lorsque je demande aux sociétés d’exploration et aux prospecteurs ce qui distingue la Colombie-Britannique comme un endroit attrayant pour investir, la réponse que je reçois le plus souvent est la qualité et la disponibilité de l’information géoscientifique», a déclaré Bill Bennett, ministre de l’Énergie et des Mines et ministre responsable de l’examen de base. «Notre décision de créer Geoscience BC il y a plus de dix ans rapporte d’énormes dividendes à tous les Britanno-Colombiens sous la forme de nouveaux projets miniers et de centaines de nouveaux emplois.

Depuis 11 ans, Geoscience BC, une société indépendante à but non lucratif, travaille en partenariat avec les Premières Nations, les communautés locales, les gouvernements, les universités et le secteur des ressources pour libérer le potentiel de ressources de la province grâce à la production, l’interprétation et la livraison de terres accessibles au public. la science.

«Les recherches de Geoscience BC sur la sismicité et l’eau ont été inestimables pour renforcer notre réglementation de l’industrie du gaz naturel», a déclaré Rich Coleman, vice-premier ministre et ministre du Développement du gaz naturel. «Ils ont accompli un travail remarquable pour identifier les aquifères salins plus profonds appropriés pour une utilisation industrielle, ce qui contribue grandement à mieux protéger les eaux souterraines et de surface nécessaires pour soutenir les Premières Nations et d’autres communautés du nord-est de la Colombie-Britannique.

Dans le cadre de ses activités de 2016 couvertes par la ronde de financement précédente, Geoscience BC a annoncé qu’elle lancerait son plus grand levé magnétique aéroporté à ce jour cet été – le projet Search Phase II dans le centre-ouest de la Colombie-Britannique, qui produira de nouvelles données utilisées pour identifier potentiel minéral caché et guider les décisions d’utilisation des terres dans cette zone très prospective.

Geoscience BC reconnaît que ce projet se déroulera sur les territoires traditionnels des Premières nations Carrier Sekani et Wet’suwet’en. L’organisation a été en contact avec certaines des communautés et travaillera avec elles tout au long du projet.

Le levé de la phase II de recherche couvrira une grille de 24 000 km 2 qui s’étend au nord jusqu’au lac Pathway et au sud jusqu’au lac Ootsa et à l’est-ouest de Fort Fraser à Smithers – une superficie équivalente à 75% de la taille de l’île de Vancouver. La région abrite les anciennes mines de cuivre-or de porphyre Bell-Granisle et la mine Endako inactive, l’une des plus grandes mines de molybdène en Amérique du Nord. Juste au-delà de l’étendue du levé se trouve la mine d’or proposée de Blackwater au sud, tandis que la mine de cuivre Huckleberry est exploitée juste au sud-ouest.

«Le projet Search Phase II représente une nouvelle génération de levés magnétiques aéroportés», a déclaré Bruce Madu, vice-président, Minéraux et mines, Geoscience BC. «L’espacement des lignes que nous allons voler sera beaucoup plus serré que dans les enquêtes précédentes de cette échelle, fournissant une résolution de données beaucoup plus détaillée et précise.»

«L’enquête de phase de recherche II est une pièce clé du puzzle qui comblera le fossé entre l’enquête géophysique de phase de recherche I réalisée l’année dernière et l’enquête TREK en 2013», a ajouté Madu. «Ensemble, ces trois projets adjacents fourniront une étude moderne et continue de données magnétiques de haute qualité couvrant une superficie de 55 500 km 2, soit l’équivalent de la superficie de la Nouvelle-Écosse.

Le projet Search II consiste à faire voler un aéronef équipé d’un magnétomètre très sensible au-dessus de la zone d’étude selon un quadrillage prédéterminé. Le magnétomètre détecte et enregistre les perturbations locales du champ magnétique terrestre causées par des minéraux magnétiques dans les régions supérieures de la croûte terrestre. Ces signatures magnétiques sont ensuite représentées tracées sur des cartes multicolores pour permettre aux explorateurs d’analyser et de concentrer leurs activités d’exploration sur le terrain.

«Ce que j’aime dans le travail effectué dans notre arrière-cour par Geoscience BC, c’est que ces résultats détaillés sont accessibles à tous», a déclaré le président de Smithers Exploration Group, Rob Maurer. «Habituellement, seules les plus grandes entreprises ont accès à ce type de données. Mais en Colombie-Britannique, les travaux novateurs menés par Geoscience BC mettent des outils entre les mains de toute personne qui souhaite sortir et prospecter des minéraux.

Geoscience BC a publié une demande de propositions pour les entrepreneurs intéressés à effectuer le levé magnétique aérien de phase II de recherche en son nom.

Les résultats du projet Search Phase II seront accessibles au public en 2017 sur la page de diffusion des données de Geoscience BC et sur sa visionneuse Earth Science.