Système abordable de surveillance de l’état du profil de la doublure de l’usine

Compte tenu de la volatilité des prix des produits de base, il est essentiel que les mines optimisent les coûts d’exploitation de l’ensemble de l’usine, et ce besoin s’est traduit par une concentration accrue sur l’atteinte de l’efficacité de broyage souhaitée dans les usines. Bien que chaque profil de revêtement de broyeur soit conçu pour fournir la trajectoire correcte pour obtenir un broyage par impact ou un broyage par attrition en fonction de l’application spécifique, l’usure du profil du revêtement du broyeur affectera l’efficacité de la mouture.

Matthew Fitzsimons, directeur technique de Multotec Rubber, explique qu’il est important de comprendre que le taux d’usure des chemises n’est pas linéaire et que, à mesure que les chemises s’usent, le glissement accru de la charge augmente l’usure des chemises.

«Cela peut, à son tour, diminuer rapidement l’efficacité de broyage du broyeur en raison du fait que la trajectoire dans le broyeur est sous-optimale et que le transfert d’énergie pour la rupture est réduit», explique Fitzsimons.

C’est pour cette raison que la surveillance de l’état des revêtements de laminage, qu’ils soient en acier ou en caoutchouc, est nécessaire. Une inspection régulière du profil de la doublure permettra de rassembler des données historiques, ce qui facilitera les prévisions de durée de vie de la doublure.

Fitzsimons dit que la seule façon de se rapprocher de la trajectoire est de mesurer le profil de la chemise et cela ne peut être fait que lorsque l’usine est arrêtée.

«La procédure correcte consiste à déterminer le profil lors de l’installation, puis de nouveau à chaque inspection ultérieure. Cela permettra la détermination du profil et l’analyse de la trajectoire de la charge.

La plupart des usines se concentrent sur le débit, mais il y en a qui, en raison des conditions économiques, sont obligées de se concentrer sur les économies de coûts. Ces données, ainsi que les paramètres de fonctionnement critiques de l’usine, sont utilisées pour prédire le point où le revêtement devient inefficace et c’est à ce stade que l’usine elle-même deviendra inefficace.

«En fonction de l’exactitude des informations disponibles, l’usine peut prendre une décision critique quant à l’opportunité de faire fonctionner les chemises jusqu’au point de changement ou de changer lorsque les chemises atteignent ce point d’inefficacité», explique Fitzsimons.

Décrivant la façon dont l’inspection des chemises était traditionnellement effectuée, Fitzsimons dit que jusqu’à récemment, il n’y avait que deux options disponibles, dont l’une est la méthode de jauge à broches qui est connue pour prendre du temps et souvent inexacte. De plus, il faut que l’usine soit arrêtée pour permettre l’accès du personnel pour effectuer effectivement l’inspection. À l’autre de l’échelle se trouve une technologie sophistiquée très coûteuse.

«L’inspection à l’aide de la méthode de jauge à broches est effectuée pendant les temps d’arrêt planifiés, mais il est essentiel que le personnel technique qualifié et formé effectue une mesure précise, car une fois que l’usine a redémarré, il n’est pas possible de l’arrêter à nouveau», dit-il. «Cette méthode n’autorise pas de retour d’information en direct et il n’est pas possible de vérifier la mesure immédiatement.»

Fitzsimons confirme que Multotec Rubber a récemment introduit ce qui, selon lui, est en passe de devenir le système de surveillance de l’état du profil des chemises d’usinage le plus abordable, car il offre une telle précision et une disponibilité immédiate des informations à un coût raisonnable. 

«Avec l’introduction de MultoScan, il est désormais possible pour les usines de mesurer avec précision le profil du revêtement et en utilisant ces informations, les utilisateurs finaux peuvent facilement et précisément prédire la durée de vie du revêtement et le moment où l’usine deviendra inefficace», dit-il. La mesure et l’affichage automatiques du niveau de charge sont précieux pour confirmer que le fonctionnement du broyeur est correct et cette valeur est essentielle dans le calcul de la trajectoire.

Des techniciens hautement qualifiés utilisent les données acquises par MultoScan et exploitent le programme propriétaire Hawkeye de Multotec pour interpréter et analyser les données.

De manière significative, il n’y a pas de décalage dans l’analyse des informations et le niveau de réactivité possible en utilisant MultoScan n’a pas été disponible pour les usines jusqu’à présent.

«Cela permettra aux clients de faire un retour immédiat sur l’état des revêtements et tout problème immédiat pourra être résolu sur place», déclare Fitzsimons. 

Un autre avantage très important lors de l’utilisation de MultoScan est la répétabilité des résultats. Ceci est considéré comme un énorme avantage car il n’y a pratiquement pas de place pour l’erreur humaine.

De plus, MultoScan permettra aux usines de réduire le temps passé dans l’usine à prendre des mesures, ce qui réduira le temps d’arrêt de l’usine, une autre économie de coûts importante pour les mines.

L’accès à des informations précises sur le profil de la doublure permettra aux équipes de maintenance de définir le point de déclenchement de l’inventaire de la doublure. Cela permettra à son tour aux usines de réduire le stock de doublures en optimisant considérablement l’inventaire; une autre économie de coûts.

Fitzsimons explique que MultoScan a fait ses preuves lors d’essais sur le terrain dans certaines des conditions d’usinage les plus difficiles du continent africain et que, plus récemment, la technologie a été exportée en Australie. 

«Le potentiel qu’offre MultoScan est énorme. En utilisant des critères d’exploitation clés sur des usines individuelles, il sera possible de cartographier les indicateurs de performance clés de l’usine par rapport au profil du revêtement. Cela étend la capacité du système de surveillance de l’état et permettra aux mines de sélectionner des critères clés spécifiques », déclare Fitzsimons.

«Multotec Rubber est le seul fabricant de revêtements en caoutchouc à disposer de son propre système de surveillance de l’état interne et, en améliorant la façon dont les revêtements étaient traditionnellement surveillés, nous serons en mesure de faire passer la surveillance de l’état au niveau supérieur», poursuit-il.

«En ayant accès à ce niveau d’intrants et d’assistance technique, les usines pourront optimiser les performances de l’usine», conclut Fitzsimons.