L’Afrique, source croissante de terres rares

Roskill rapporte que Rift Valley Resources, cotée ASX, cible la carbonatite de Longonjo en Angola pour l’exploration de terres rares, après avoir publié une première ressource inférée de terres rares monazite (80%) et bastnaesite (20%) en septembre 2017. La ressource inférée combinée est de 44,7 Mt à 2,5% d’oxydes de terres rares totaux (TREO), y compris une ressource «de surface» de 11,6 Mt à 4,3% de minerai d’oxyde TREO (seuil de 1,0%). La société planifie un programme de forage autour de la ressource présumée pour cartographier le reste du potentiel de terres rares de la carbonatite altérée. Le gisement de terres rares de Longonjo relève de la licence Ozango détenue à 70% par Rift Valley Resources, qui héberge également des ressources de lithium, d’or, de cuivre et de métaux de base.

Le point de vue de Roskill: «La Chine a produit 83% des terres rares du monde en 2017, Lynas en Australie étant le seul grand producteur en dehors de la Chine, représentant 12% supplémentaires. L’Afrique a rejoint la chaîne d’approvisionnement des terres rares en 2017, les concentrés de terres rares de haute qualité (47-67% TREO) étant produits à partir de veines de la mine de Rainbow Rare Earths à Gakara au Burundi. En 2017, l’Afrique (c’est-à-dire Gakara) représentait 0,3% de l’offre mondiale, mais des progrès d’exploration et de projets en cours sont attendus, ce qui pourrait voir la part de l’Afrique augmenter au cours des prochaines années. Rift Valley Resources s’inscrit dans la lignée de Mkango et Peak Resources, qui font progresser des projets de terres rares au Malawi et en Tanzanie, respectivement. »