Agnico continue d’innover à la mine d’or de Kittilä alors que le projet de puits progresse

Agnico Eagle est susceptible de tirer parti de plus d’innovation dans sa mine d’or de Kittilä, dans le nord de la Finlande, à en juger par la présentation d’André van Wageningen lors de la conférence FEM à Levi, cette semaine.

Dans une conférence intitulée Construire de futures mines grâce à la collaboration, van Wageningen, directeur de l’ingénierie du projet Shaft chez Agnico Eagle Finlande, a déclaré que la société testait des équipements électriques à batterie et pourrait potentiellement appliquer le LTE dans la mine souterraine l’année prochaine.

Une grande partie des tests de machines électriques à batterie que la société effectue à la mine est en partenariat avec le projet SIMS financé par l’UE, mais van Wageningen a déclaré que la société avait également acquis deux boulons électriques en dehors du programme.

Pas plus tard que la semaine dernière, Agnico a testé un Epiroc MT42 Minetruck et un ST14 Scooptram à la mine (photo), van Wageningen affirmant que les essais s’étaient jusqu’à présent bien déroulés, les opérateurs remarquant moins de génération de chaleur et de vibrations, et une meilleure qualité de l’air. dans l’environnement d’exploitation.

«La capacité de la batterie est bien sûr la principale préoccupation», a-t-il déclaré en réponse à une question du public sur les performances de l’équipement électrifié jusqu’à présent. «Notre mine est conçue pour rouler et… [les machines] ont une capacité limitée pour [cela].»

Au sujet de la collaboration, van Wageningen a mentionné que si Agnico avait décidé d’utiliser des équipements électriques et électrifiés à batterie il y a quatre ou cinq ans, il aurait probablement approfondi le puits et repensé la mine pour répondre aux besoins de ventilation réduits et requis. infrastructure de charge / changement de batterie.

«Si vous optez pour l’électrification, soit vous le faites, soit vous ne le faites pas car vous devez construire des bornes de recharge pour cela», a-t-il déclaré, ajoutant que celles-ci doivent être tracées autour de la mine dans des endroits pertinents pour garantir que les machines soient aussi productives. que possible.

Dans l’état actuel des choses, la société prévoit de descendre jusqu’à 1 040 m sous la surface dans le cadre d’un plan d’expansion de la mine pour augmenter la production de 25% à 2 Mt / an de minerai. Cela pourrait voir Kittilä ajouter 50 000 à 70 000 oz / an d’or à son profil.

La société construit le puits de 5,6 m de diamètre en creusant d’abord à 4 m de diamètre, puis en coupant à 5,6 m, a déclaré van Wageningen. L’entreprise procède alors au coulage du puits.

van Wageningen a déclaré qu’Agnico avait soulevé un alésage jusqu’à 875 m, et que le chevalement de 94 m était susceptible d’être finalisé dans un avenir très proche.

L’approfondissement de Kittilä et l’évolution vers l’utilisation de machines souterraines autonomes sont probablement à l’origine des projets de la société visant à tirer parti des communications LTE lors de l’opération.

Agnico est déjà un chef de file en matière de LTE, étant devenue la première entreprise à déployer la technologie des communications dans une mine souterraine – l’opération La Ronde Zone 5 au Québec, Canada. Cette décision reposait sur le fait qu’Agnico testait des équipements autonomes sous terre à la mine. Dans ses résultats de juin, la société a déclaré que les résultats de ces essais avaient produit des résultats «favorables».