Secteur minier AIM – une autre année de forte performance

Selon Junior Mine, le deuxième examen annuel des tendances dans le secteur minier coté à Londres par PricewaterhouseCoopers, il a livré une autre année de solides performances grâce aux prix élevés des matières premières et à la hausse des niveaux de production. Les 50 sociétés minières incluses dans l’analyse, qui représentent plus de 80% du total des mineurs cotés à l’AIM de Londres par capitalisation boursière, ont presque doublé leurs revenus pour atteindre 1 312 millions de dollars. Ces revenus supplémentaires, qui comprenaient une contribution significative de la mise en service réussie de nouvelles mines et de l’expansion des opérations existantes, ont permis aux 22 sociétés ayant des mines en production de générer une augmentation spectaculaire des bénéfices avant impôts – passant de seulement 11 millions de dollars à 205 millions de dollars. Au cours de la même période, les 28 sociétés sans mines en production ont fait état d’une multiplication par trois de leurs dépenses d’exploitation, passant de 75 millions de dollars à 225 millions de dollars, reflétant principalement une hausse importante des dépenses d’exploration et d’évaluation.

La confiance des investisseurs dans le secteur minier AIM a continué de se renforcer. En conséquence, la capitalisation boursière globale du secteur a augmenté de 73% pour s’établir à 14,6 milliards de dollars, y compris une augmentation de 49% résultant de la croissance organique des cours des actions. Le fort appétit des investisseurs pour le secteur minier AIM a permis aux 50 sociétés analysées de lever 1 244 millions de dollars à partir d’émissions d’actions en 2005, soit une augmentation de 16% par rapport à l’année précédente. Cela fait suite à une augmentation précédente de 221%, ce qui a contribué à des entrées de trésorerie totales provenant des activités de financement de 1 546 millions de dollars, comparativement à 1 232 millions de dollars.

Ce financement supplémentaire a stimulé une augmentation de 63% du montant consacré aux activités d’investissement, qui est passé à 1 205 millions de dollars. De ce montant, 760 millions de dollars ont été consacrés aux immobilisations corporelles – le reste étant principalement consacré aux dépenses d’exploration capitalisées et aux achats d’immobilisations incorporelles. C’est la deuxième année consécutive que le montant consacré aux activités d’investissement augmente.

Brian Taylor, responsable des mines au Royaume-Uni, PricewaterhouseCoopers LLP a déclaré: «Il y a des signes encourageants selon lesquels des augmentations significatives des dépenses au cours des dernières années se répercutent sur la découverte de ressources supplémentaires et de niveaux de production plus élevés. Par exemple, les 18 sociétés aurifères incluses dans l’analyse ont rapporté une augmentation de 58% de leurs ressources minérales agrégées, à 132,7 Moz.

«Cependant, les sociétés minières AIM doivent continuer à démontrer aux investisseurs qu’elles dépensent leurs fonds à bon escient et nous pensons qu’il existe une opportunité pour de nombreuses sociétés minières de capter plus de valeur pour les actionnaires en fournissant des informations améliorées sur les principaux facteurs de valeur – tels que les succès d’exploration échecs, mouvements de ressources et risque politique. »

Les autres faits saillants financiers des sociétés analysées sont les suivants: Les soldes de trésorerie totaux ont atteint 1222 millions de dollars au cours de l’année, soit une augmentation de 466 millions de dollars (62%) – assez pour couvrir la quasi-totalité du montant consacré aux activités d’investissement en 2005

  • La valeur comptable globale des immobilisations corporelles a augmenté de 67% au cours de l’exercice, pour s’établir à 2182 millions de dollars
  • Près de la moitié de la valeur comptable des actifs non courants détenus par des sociétés sans mines en production (343 millions de dollars) comprenait du goodwill et d’autres actifs incorporels (principalement des dépenses d’exploration capitalisées). L’enjeu pour ces entreprises sera de convertir ces actifs immatériels en valeur économique réelle
  • Les niveaux d’endettement de l’ensemble du secteur sont restés faibles à un ratio moyen de 21%, identique à celui de l’année précédente

Le rapport examine également les émoluments des administrateurs et révèle une augmentation de 47% du montant moyen versé aux administrateurs exécutifs (hors options sur actions, incitatifs à long terme et retraites) à 236 000 $. Le montant moyen versé aux administrateurs les mieux rémunérés (excluant les options d’achat d’actions, les incitatifs à long terme et les régimes de retraite) a augmenté de 42%, pour s’établir à 331 000 $.