L’Alberta surpasse le Québec en tant que lieu privilégié pour l’investissement minier, selon une mise à jour de l’enquête mondiale sur l’exploitation minière

L’Alberta est maintenant considérée comme la juridiction la plus attrayante au monde pour l’exploration et le développement miniers, mettant fin au règne de trois ans du Québec en tant que destination privilégiée pour l’investissement minier, selon le Survey of Mining Companies: 2010 Mid-Year Update, publié par le Fraser Institute. L’enquête mise à jour auprès des dirigeants miniers internationaux, menée entre le 1er et le 30 juin, fait suite à l’ enquête de l’Institut Fraser sur les sociétés minières: 2009/2010, publiée en avril. L’Alberta se classe maintenant au premier rang mondial après avoir été classée quatrième dans l’ensemble de l’enquête de 2009-2010. La Finlande, qui était troisième, passe à la deuxième place du classement général.

«Après avoir classé le Québec comme le meilleur endroit au monde pour l’investissement minier pendant trois années consécutives, il semble que la confiance des mineurs dans la province a été ébranlée par les augmentations des taxes minières qui ont été annoncées sans consultation dans le budget du printemps du Québec», a déclaré Fred McMahon, coordonnateur de l’enquête et vice-président de l’Institut de recherche sur les politiques internationales. Les résultats du sondage semblent également refléter des préoccupations au sujet du projet de loi 79, la révision de la loi minière du Québec, et pourraient être vus comme un coup porté à la réputation de la province d’offrir des politiques gouvernementales stables.

L’ enquête de l’Institut Fraser sur les sociétés minières: mise à jour de mi-année 2010 est basée sur les opinions de dirigeants miniers représentant 429 sociétés d’exploration et de développement minier sur le climat d’investissement de 51 juridictions à travers le monde. La mise à jour a été réalisée à la suite de la reprise mondiale des prix des matières premières et de l’introduction de nouveaux obstacles réglementaires et fiscaux dans de nombreuses juridictions. Les résultats de l’enquête montrent également que l’Australie, dans une bien plus grande mesure que le Québec, a connu une baisse spectaculaire de ses classements, à la suite de l’Australie. le gouvernement envisage d’imposer une lourde taxe sur les super profits sur les ressources (RSPT) à l’industrie minière. Bien que la taxe ait été annulée après la réalisation de l’enquête – bien que les mineurs devront encore faire face à des augmentations fiscales importantes – les résultats révèlent la forte opposition de l’industrie minière à l’égard du RSPT. L’Australie du Sud a chuté à la 15e place de la 10e, le Territoire du Nord a chuté à la 30e de la 14e, l’Australie occidentale est tombée à la 28e de la 19e, le Queensland a chuté à la 33e de la 24e et la Nouvelle-Galles du Sud est tombée à la 38e de la 20e.

«Malgré l’annulation du RSPT, on ne sait pas comment l’industrie minière va réagir aux changements fiscaux récemment annoncés, dont la structure est encore incertaine», a déclaré McMahon. «Mais les résultats de cette enquête mise à jour montrent un point tout à fait clair: les gouvernements qui modifient les politiques minières à mi-chemin sans consulter le secteur risquent de faire fuir les investissements.»

Les juridictions canadiennes se sont généralement bien comportées dans le cadre de l’enquête. Le Yukon est passé de la 13e place dans l’édition 2009-2010 à la quatrième place au total, et la Saskatchewan et Terre-Neuve-et-Labrador ont grimpé d’une place, se classant respectivement cinquième et septième. L’Ontario s’est hissé d’une place au 20e rang tandis que le Nunavut a grimpé au 22e rang.

La Colombie-Britannique, que les dirigeants de l’industrie ont critiquée dans le passé pour ses multiples niveaux de réglementation, le peu de coordination entre les divers organismes gouvernementaux et l’incertitude entourant les revendications territoriales des autochtones, a amélioré son classement au 26e rang, bien qu’elle ne devance que les Territoires du Nord-Ouest, qui ont déménagé. jusqu’à 32e au total.

Dans l’ensemble, les 10 principales juridictions sont l’Alberta, la Finlande, le Québec, le Yukon, la Saskatchewan, le Chili, Terre-Neuve-et-Labrador, le Botswana, l’Alaska et le Nevada. Sept des juridictions classées parmi les 10 meilleures sont les mêmes dans l’enquête mise à jour et dans le rapport de 2009-2010 publié précédemment. Les trois exceptions sont le Nouveau-Brunswick, qui n’a pas été inclus dans l’enquête mise à jour; Le Manitoba, qui est passé de la neuvième place à la 11e; et l’Australie du Sud, qui est passée du 10e au 15e.

Les 10 derniers scores sont allés à l’Équateur, à la Mongolie, au Kazakhstan, à la Bolivie, au Venezuela, au Zimbabwe, à la Russie, au Colorado, à l’Indonésie et à la Tasmanie. Les Philippines, la République démocratique du Congo et la Californie, qui figuraient parmi les pays les moins bien classés dans l’enquête de 2009/2010, ont réussi à sortir des 10 derniers.

«Afin d’attirer les investissements miniers, les juridictions doivent faire respecter l’état de droit et respecter les contrats négociés et les droits de propriété. Les juridictions qui ne parviennent pas à le faire ne peuvent pas rivaliser avec succès à l’échelle mondiale », a déclaré McMahon. «Bien que la performance globale du Canada dans le sondage demeure solide, le Québec a fait volte-face au cours des derniers mois, nuisant à sa réputation de politique minière stable. Le gouvernement ferait bien de s’abstenir d’épaissir les réglementations et d’augmenter les redevances. »