ALE fait le gros du travail dans l’exploitation du charbon en Afrique du Sud

ALE a récemment aidé une exploitation charbonnière sud-africaine à déplacer une excavatrice d’une coupe à l’autre dans le cadre du plan de mine.

L’excavatrice à pelle frontale a nécessité le transport de la mine de charbon Kromdraai dans la province de Mpumalanga à une nouvelle coupe dans la ville voisine d’Emalahleni. ALE a été en mesure de se mobiliser à bref délai et de fournir des équipements bien adaptés à un revêtement routier fragile et à des structures de ponts critiques, a-t-il déclaré.

ALE a reçu la pelle frontale Terex O&K RH340 de 552 t du client à un endroit désigné sur le site. Véhicule à chenilles, il est capable de ramper entre les différentes coupes sur place par lui-même. Il n’est cependant pas capable de parcourir de grandes distances entre les sites ou sur la voie publique.

Le transport consistait à diviser la machine en deux pièces principales pour le transport: la machine principale de 291,5 t et le train de roulement de 207,9 t. ALE a utilisé une méthodologie de système de levage en quatre points pour la procédure de division, qui offrait «une stabilité accrue par rapport aux approches basées sur une grue et était moins sensible aux problèmes d’approvisionnement», a-t-il déclaré.

«C’était la première fois que le client tentait de diviser l’une de ses machines avec cette méthodologie», a déclaré ALE.

La machine principale et le train de roulement ont d’abord été découplés avant que le premier ne soit attaché au système de levage à quatre points, qui a été élevé à une hauteur totale de 8,1 m. «Cela a fourni le dégagement nécessaire pour que les chenilles, qui étaient auto-propulsives, puissent être chassées de dessous la machine principale suspendue», a déclaré la société.

Grâce à sa capacité à déployer stratégiquement des équipements dans le monde entier, ALE a déployé une remorque Goldhofer THP / SL à 22 essieux pour ce projet. «Avec une longueur de 37,8 m et une largeur de 4,3 m, avec un espacement des essieux de 1,8 m, il était important, cependant, de plus petites remorques n’auraient pas été en mesure de traverser les structures de pont critiques sur l’itinéraire», a déclaré ALE.

La remorque – attachée à deux moteurs principaux à l’avant de la remorque et une à l’arrière avec chacun 28 t de ballast – s’est mise en route le long de son parcours de 25,4 km. Outre la pression au sol, l’itinéraire avait été analysé à l’avance pour s’assurer que ses rayons verticaux ne dépassaient pas les paramètres navigables du convoi de 77,1 m de long, a déclaré la compagnie.

Des dispositions avaient également été prises à l’avance avec une fonderie d’acier locale, de sorte que les lignes électriques à haute tension pouvaient être coupées pendant une courte période, ce qui permettait à la machine de passer.

En arrivant sur le site d’Emalahleni, la machine principale a été montée sur quatre tabourets bordés de deux poutres de tête de 7 m à une hauteur de 1,6 m. L’équipe est ensuite revenue pour le train d’atterrissage de 207,9 t, qui a été soulevé par le même système de levage à quatre points jusqu’à un dégagement de 1,63 m, puis transporté à l’aide de la même configuration d’équipement.

La pelle frontale a ensuite été refixée par le client après que son train d’atterrissage ait été manoeuvré sous la machine principale en attente. Il est désormais à l’œuvre sur place.