Tout va bien en Equateur? – Mines internationales

Dan Carriere, vice-président principal, Corriente Resources déclare que «les récents commentaires sur le Web attribués à l’ancien ministre équatorien des Mines et de l’Énergie Alberto Acosta (qui est maintenant un citoyen privé) ont été récemment et largement diffusés dans la communauté des investisseurs miniers. Je pense que les extraits ci-dessous d’une interview médiatique équatorienne qui a eu lieu la semaine dernière à Quito avec l’actuel ministre des Mines et du Pétrole, Gallo Chiriboga, reflètent plus fidèlement le ton et le contenu des communications et des discussions du ministère équatorien des Mines que nous avons eues. les deux derniers mois.

Question – Le but des réformes minières est-il la nationalisation du secteur minier? «Le secteur minier, les mines, le gaz, toutes les ressources qui se trouvent sous la terre appartiennent à l’État équatorien, il n’est donc pas nécessaire de nationaliser quoi que ce soit. La Constitution stipule que les ressources appartiennent déjà à la nation, ce que nous devons faire est de réglementer l’exploitation des ressources qui sont là. »

Question – Si le potentiel minier équatorien est avéré, mèneriez-vous le pays dans une phase d’exploitation minière? « Je le crois. Tant que cette ère minière est responsable, sur le plan social et environnemental, je le ferais bien sûr.

Les derniers commentaires du ministre à la fin de l’entretien: «Quand j’étais président de Petro Equateur, j’ai démontré qu’on est capable de gérer une entreprise des dimensions de Petroecuador avec bon sens et je crois que j’ai fait preuve d’une très bonne gestion. Le pays l’a reconnu et je pense qu’avec le thème de l’exploitation minière, nous suivons également la même voie et je dis: l’exploitation minière est possible, croyez-moi, nous allons le faire et nous allons bien le faire.