Anglo fait le point sur le projet de tri en vrac de Barro Alto, essai sur le point de commencer

Dans le cadre d’une série de présentations lors du séminaire en vrac et de la visite sur site d’Anglo American à Brisbane, Dave Palmer, responsable de P101, qui se concentre sur le dépassement des meilleurs processus et équipements de l’industrie, a fait le point sur son investissement dans le tri en vrac. à l’opération de nickel de Barro Alto au Brésil. Une première unité MMD y est installée ce mois-ci, dont IM comprend qu’elle traitera 400 t / h; tandis que deux autres unités devraient y être installées d’ici 2021.

Le premier Barro Alto t rial devrait commencer d’ici la fin de 2019 et la société vise une amélioration de la teneur jusqu’à 30% et une augmentation de la production d’environ 5000 t / an. Anglo déclare en outre que le coût est d’environ 10 millions de dollars par unité avec un objectif d’amélioration des coûts unitaires de 15%.

Le tri en vrac est une autre innovation pionnière utilisée par Anglo – le tri primaire du minerai en fosse. En tirant parti des variations naturelles au sein des gisements, Anglo American affirme pouvoir utiliser la technologie pour identifier et rejeter la gangue (stérile) à proximité de la face de la mine. Cela signifie qu’il peut réduire son intensité énergétique de plus de 10%, car moins de gangue de rejet est traitée dans ses usines.

MMD a fourni la conception et le concept du système de tri en vrac, qui comprend un grizzly, un chargeur, un calibreur, des convoyeurs et des équipements associés, utilisés en conjonction avec un système de balayage du minerai. En plus de Barro Alto, la première preuve de concept de 500 t / h est en cours depuis un certain temps dans la mine de cuivre d’Anglo El Soldado au Chili et d’autres unités devraient être déployées sur d’autres sites de cuivre Anglo American au Chili, y compris Los Bronces. Ailleurs, en Afrique du Sud, MMD est en train de mettre en service une autre installation de preuve de concept dans l’exploitation de platine d’Anglo à Mogalakwena. C’est plus grand, à 1 000 t / h.