Antofagasta répond aux préoccupations environnementales avec le nouveau plan de mine de cuivre de Los Pelambres

Antofagasta Minerals se prépare à soumettre une proposition d’investissement pour sa mine de Los Pelambres au Chili qui pourrait la voir cesser d’utiliser l’eau de la rivière Choapa et des puits voisins, et d’utiliser principalement l’eau de mer à partir de 2025.

De cette manière, MLP sera en mesure de garantir la disponibilité de l’eau pour ses opérations et de faire progresser ses études pour étendre ses opérations au-delà de 2035, lorsque ses permis environnementaux actuels expireront, a-t-il déclaré.

La soumission au système d’évaluation de l’impact sur l’environnement (SEIA) considère également Minera Los Pelambres (MLP), l’entité d’exploitation, qui construit un nouveau système de transport de concentrés avec des systèmes de contrôle modernes, éloigné des zones les plus peuplées. Cela permettra d’effectuer l’entretien sans interférer avec la vie quotidienne des communautés environnantes.

La mine détenue à 60% a produit 363400 t de cuivre en 2019, ainsi que 11200 t de molybdène et 59700 onces d’or.

Iván Arriagada, PDG d’Antofagasta Minerals, a déclaré: «Nous allons investir dans des travaux qui nous permettront d’adapter notre opération aux changements survenus dans la province de Choapa et la région au cours des 20 dernières années en raison de la sécheresse prolongée. causés par le changement climatique et l’augmentation de sa population et de son activité productive.

«C’est une étape clé dans l’avenir de Los Pelambres.»

Arriagada a ajouté: «Nous avons une vision stratégique à long terme pour prolonger la vie des opérations tout en assurant sa coexistence continue avec d’autres activités productives dans la province de Choapa. Nous sommes particulièrement intéressés à prendre soin des ressources naturelles qui sont rares aujourd’hui, comme l’eau, et à continuer à réduire notre impact potentiel sur l’environnement.

Cette nouvelle étape du développement de l’entreprise, dénommée Los Pelambres Futuro, comprend également la contribution du projet d’expansion Los Pelambres, achevé à 36% à la fin du mois de juin. Une partie importante des travaux sur le projet a été arrêtée à la suite du COVID-19 et la construction redémarre maintenant par étapes.

«Nous voulons apporter des ajustements mineurs à la conception du projet d’expansion, qui est déjà en construction, pour faciliter l’expansion future de l’usine de dessalement», a déclaré Arriagada. «De cette façon, nous aurons moins d’impact sur l’environnement.»

On estime que l’investissement d’adaptation opérationnelle (OAI) sera soumis à l’EISE au cours du premier semestre 2021. Son exécution pourrait débuter en 2023, créant jusqu’à 2 000 emplois.

L’OAI comprend l’extension de l’usine de dessalement de 400 litres / s, actuellement en construction à Punta Chungo, et du système d’alimentation en eau dessalée de qualité industrielle, à 800 litres / s.

Mauricio Larraín, directeur général de MLP, a déclaré: «Si notre proposition d’investissement est approuvée, dans les années à venir, nous pourrions arrêter d’extraire l’eau de la rivière Choapa et des puits voisins, et plus de 95% de l’eau utilisée par Los Pelambres viendra soit de la mer ou sera recirculée. »

Ce plan pourrait voir MLP devenir la première société minière de la zone centrale du Chili à opérer principalement avec de l’eau de mer.

«La décision d’utiliser l’eau dessalée est une idée qui est née du dialogue avec les communautés et les autorités voisines et nous a semblé être le meilleur moyen de contribuer à atténuer les défis de la pénurie d’eau dans cette partie du pays qui nous concerne tous,» Dit Larraín.

L’entreprise, qui détient actuellement des permis environnementaux pour extraire l’eau de la rivière Choapa jusqu’en 2035, travaille depuis des années avec ses voisins et les autorités sur la gestion de l’eau de la vallée de Choapa. Ce travail se poursuivra à l’avenir avec l’objectif de promouvoir l’utilisation durable de l’eau disponible et de renforcer les systèmes d’eau potable en milieu rural pour la consommation humaine, a déclaré la société.

Enfin, l’étude d’impact environnemental comprendra des travaux de continuité et de maintenance du système de résidus. Ces travaux sont déjà inclus dans la Résolution de Qualification Environnementale (RCA) 38/2004 et consistent en des travaux sur les canaux de contour nord et sud, le repositionnement des tuyaux et d’autres travaux.

Arriagada a conclu: «Cet ensemble d’initiatives nécessitera des investissements très importants dans la province de Choapa au cours des 10 prochaines années, près d’un milliard de dollars, et générera également un nombre important d’emplois. Il contribuera également à aider la région et le pays à surmonter la crise sociale et économique générée par le COVID-19 dès que possible. »