L’Asie passe à grande échelle à la production moderne alimentée au charbon

Greg Evans, directeur exécutif – Charbon, Minerals Council of Australia (MCA) note qu’un nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) – Clean Coal Center – a détaillé l’évolution du paysage de la production d’électricité dans les pays à croissance rapide d’Asie du Sud et de l’Est. «Les conclusions du rapport indiquent une forte adoption de centrales électriques au charbon à haut rendement et à faibles émissions (HELE) plus propres parmi les dix pays étudiés. Un nombre impressionnant de 670 de ces unités de production fonctionnent déjà dans ces pays. De plus, 1 066 autres sont actuellement en construction ou prévues, ce qui équivaut à 24 fois la production actuelle au charbon de l’Australie. Il s’agit de l’expansion et de la modernisation les plus rapides de l’histoire de la production au charbon.

«La production au charbon HELE est importante car elle émet 20 à 25% de CO2 en moins que la moyenne des centrales électriques existantes et jusqu’à 40% de moins que la technologie la plus ancienne en place. En outre, les usines les plus modernes utilisent la technologie d’accompagnement pour réduire toutes les autres émissions, y compris les particules, à des niveaux conformes aux exigences les plus strictes en matière de qualité de l’air urbain.

«Cette transition énergétique qui se produit en Asie est une bonne nouvelle pour la demande de charbon australien de haute qualité, qui convient le mieux à une utilisation dans des centrales modernes et plus propres. Il s’agit également d’une étape majeure dans la réduction de la croissance des émissions et cela se produit sans compromettre l’expansion économique indispensable.

«Ce n’est plus un choix entre avoir accès à une énergie de base abordable et réduire les émissions – nous pouvons faire les deux.

«Dans les 10 pays asiatiques étudiés – Bangladesh, Chine, Inde, Japon, Malaisie, Philippines, Corée du Sud, Taïwan, Thaïlande et Vietnam – environ 1 100 Mt de réduction de CO2 par an résulteront du déploiement prévu de HELE plutôt que de technologie sous-critique.

«De plus, si la technologie ultra-supercritique la plus avancée était appliquée à tous les niveaux, les économies seraient de l’ordre de 2 000 Mt, soit l’équivalent des émissions annuelles actuelles de l’Inde. Ce serait 53 fois plus efficace que le système européen d’échange de droits d’émission.

«Les conclusions de ce rapport seront d’une grande déception pour les critiques de l’industrie du charbon, car nous continuons à voir une demande croissante d’énergie de base abordable, en particulier en Asie. L’AIE a estimé que 1000 Mt supplémentaires de charbon seront utilisées en 2019 par rapport à aujourd’hui.

«D’ici 2040, le commerce mondial du charbon augmentera de 40% et on s’attend à ce que l’Australie capte la plus grande part de cette croissance, le ministère de l’Industrie et des Sciences s’attendant à ce que l’Australie retrouve sa position de premier exportateur de charbon au monde d’ici 2017.»