L’Australie investit dans les corridors d’exportation et l’éducation

Le gouvernement fédéral australien a annoncé un ensemble d’infrastructures visant, selon Mitchell H. Hooke, PDG du Minerals Council of Australia (MCA), à «éliminer les goulots d’étranglement des exportations australiennes».

Hooke considère que cette annonce est «attendue depuis longtemps», mais le paquet comprend une somme de 580 millions de dollars australiens pour augmenter la capacité le long des corridors ferroviaires reliant les mines de charbon de Hunter Valley au port de Newcastle. Hooke: «Le MCA a longtemps préconisé la nécessité de couloirs d’exportation efficients et efficaces pour maintenir la compétitivité internationale de l’Australie et il n’y a pas eu de meilleur exemple des problèmes avec certaines des chaînes d’approvisionnement intégrées de l’Australie que la chaîne du charbon de Hunter Valley.»

Hooke considère les exportations de charbon comme un pilier de l’économie australienne dans un avenir prévisible et estime que «les gouvernements de toutes tendances doivent s’acquitter de leur obligation de veiller à ce que les couloirs d’exportation de charbon de l’Australie soient dotés de ressources appropriées et sans goulots d’étranglement.

Cette allocation d’investissement temporaire de 10% destinée à encourager les investissements en capital des entreprises australiennes, malgré les délais d’éligibilité serrés, devrait contribuer à renforcer la confiance des entreprises et encourager les dépenses, ce qui stimulera à son tour la demande intérieure.

L’accent mis par le gouvernement fédéral sur les infrastructures sociales essentielles en augmentant les dépenses consacrées au secteur de l’enseignement supérieur et professionnel a également été salué par le MCA. Le gouvernement a en outre investi 40 millions de dollars australiens dans un centre d’apprentissage et de recherche en sciences des matériaux et des minéraux à l’Université d’Australie-Méridionale. Cela, selon Hooke, «reconnaît l’importance d’une main-d’œuvre qualifiée pour un secteur minier de plus en plus high-tech».