L’Australie manque d’exploration? – Mines internationales

L’Australie est un thème majeur du prochain numéro d’août d’International Mining. Selon PricewaterhouseCoopers (PwC) dans son rapport Aussie Mine, le secteur minier australien de niveau intermédiaire a connu une année 2006 spectaculaire à tous égards. La capitalisation boursière agrégée a augmenté de 81% pour les 50 sociétés analysées. La confiance dans le secteur a été élevée au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2006 et s’est poursuivie en 2007. Cette situation a été alimentée par la vigueur des prix des produits de base et la hausse des niveaux de production. Les augmentations du prix des actions ont été spectaculaires pour de nombreuses entreprises et les investisseurs ont été bien récompensés pour leur confiance dans l’industrie minière australienne de niveau intermédiaire.

Les revenus d’exploitation des 50 sociétés ont augmenté de plus de 50%. Cela reflétait l’augmentation généralisée des prix des produits de base ainsi que l’augmentation de la production. Les coûts ont augmenté à peu près dans la même proportion que les revenus et c’est un signe d’avertissement pour toutes les sociétés minières. Les prix des intrants, les délais et à peu près tout ce dont les sociétés minières ont besoin augmentent rapidement. Ces augmentations de coûts peuvent être passées sous silence alors que les prix des matières premières augmentent, mais la question clé est de savoir si elles peuvent être supprimées durablement si les prix baissent.

Les liquidités générées par l’industrie étaient substantielles et ont été réinvesties dans les développements et les agrandissements miniers. Le bilan agrégé des 50 sociétés est solide et il existe toujours une capacité d’emprunt. Au total, les 50 premières entreprises détiennent plus de 3 milliards de dollars de liquidités, presque suffisamment pour rembourser toute la dette. Plus de 700 millions de dollars ont été versés sous forme de dividendes. Fait intéressant, plus du double de ce montant a été levé en tant que nouveau capital. Cela reflète le désir des investisseurs de faire partie du secteur minier de niveau intermédiaire.

Les dépenses d’exploration ont augmenté, mais ne suivent pas les niveaux ailleurs dans le monde. Cela a déjà fait l’objet de nombreux commentaires et l’analyse de PwC ne met en évidence aucune nouvelle tendance. Si les dépenses d’exploration ne garantissent pas le succès, son absence garantit certainement qu’aucun nouveau gisement ne sera découvert.

En résumé, toutes les facettes de l’analyse de PwC pointent vers un secteur minier australien exubérant de niveau intermédiaire. Il est de plus en plus rentable, génère de bons flux de trésorerie et dispose d’un bilan solide. Sans surprise, la valeur boursière surperforme les autres secteurs. En outre, les conditions commerciales des trois premiers mois de 2007 soutiennent une histoire similaire.