Impôt minier et sur les sociétés australien: les preuves officielles

Brendan Pearson, directeur général du Minerals Council of Australia, affirme que de nouvelles recherches menées par le professeur Sinclair Davidson de RMIT démontrent que l’exploitation minière paie un montant substantiel d’impôt sur les sociétés et le fait à un taux d’imposition effectif élevé.

«Les affirmations extravagantes ne remplacent pas les preuves tangibles. Et l’analyse par le professeur Davidson des données de l’Australian Tax Office (ATO) démystifie certains des mythes actuellement en circulation. Il cite dans ce contexte l’affirmation de l’ancien trésorier Wayne Swan selon laquelle le taux d’imposition effectif de l’industrie n’est que de 15%.

Le professeur Davidson constate que:

«L’industrie minière paie beaucoup d’impôts et paie près du taux légal de 30% de son revenu imposable. L’opinion selon laquelle l’industrie minière est sous-taxée n’est pas étayée par les données publiées par l’ATO – l’agence gouvernementale qui administre le système fiscal et perçoit en fait les recettes fiscales. « 

Les données montrent que l’exploitation minière a payé 13,6 milliards de dollars australiens d’impôt net sur les sociétés en 2012-13. Bien que représentant moins de 1% des entreprises assujetties, l’exploitation minière payait plus de 21% de l’impôt sur les sociétés (deuxième après l’industrie financière). Le professeur Davidson constate que depuis 2000-01, les recettes fiscales nettes des sociétés provenant de l’exploitation minière ont été multipliées par 7,8, tandis que les recettes fiscales nettes globales des sociétés n’ont augmenté que de 2,4 fois.

L’article du professeur Davidson montre que l’exploitation minière paie un taux d’imposition effectif moyen plus élevé que la moyenne australienne, avec une marge significative. «L’argument selon lequel les taux d’imposition minière sont inférieurs à ceux de la plupart (voire de beaucoup) d’autres industries n’est tout simplement pas vrai», conclut le professeur Davidson.

Téléchargez la publication ici: http://bit.ly/1HakMEY