Mise en service d’un système de manutention en vrac souterrain automatisé à Randgold Kibali

La mise en service réussie du système automatisé de manutention des matériaux de l’exploitation souterraine de la mine d’or de Kibali soutient la montée en puissance prévue de la production, a déclaré aujourd’hui le directeur général de Randgold Resources, Mark Bristow. Bristow a déclaré lors d’un briefing pour les médias locaux que Kibali était sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs de production pour 2018 de 730000 oz, soit une augmentation de 22% par rapport à la production de l’année précédente.

Outre l’optimisation continue du système souterrain et la construction de la troisième centrale hydroélectrique de la mine, dont la mise en service est prévue vers le milieu de cette année, le projet géant de Kibali est désormais terminé. Plus tard cette année, Kibali passera de l’exploitation minière souterraine par des entrepreneurs à l’exploitation minière par ses propriétaires, comme cela s’est déjà produit dans les mines de Randgold à Loulo au Mali.

Kibali est l’une des mines d’or souterraines les plus automatisées d’Afrique et la troisième plus grande mine d’or à ciel ouvert au monde. Bristow a noté qu’il représentait un investissement de plus de 2,7 milliards de dollars sur une période de huit ans, ce qui démontre l’importance de fournir aux investisseurs dans un secteur à long terme comme l’exploitation minière des garanties fiables de stabilité fiscale et fiscale.

«L’investissement à Kibali était motivé par la disposition de stabilité du code minier de 2002, qui, à notre avis, a été déclenchée par la récente promulgation du code de 2018. Nous sommes convaincus que nous serons en mesure de parvenir à un consensus sur cette question avec le gouvernement, ce qui, à notre avis, est essentiel pour les investissements futurs dans le pays », a-t-il déclaré.

Malgré les défis, Kibali reste déterminé à faire progresser le développement de sa région éloignée et continue d’investir dans l’emploi et le perfectionnement de la population locale. Plus de 90% de ses employés sont des ressortissants congolais, et jusqu’à présent cette année, elle a dépensé près de 50 millions de dollars avec des entrepreneurs locaux. Sur la durée totale du projet, cela a totalisé 1,6 milliard de dollars.